Découvrez les contenus associés à des zones géographiques en naviguant sur la carte :

Scrollez pour zoomer sur la carte

Cliquez et glisser la souris pour explorer

Présidentielle 2022

text-icon

La guerre de Poutine contre l’Ukraine : que peut la France ?

9 mars 2022 • Tatiana Kastouéva-Jean

text-icon

L’espace post-soviétique existe-t-il encore ?

9 mars 2022 • Florian Vidal • Michaël Levystone

text-icon

Les risques extérieurs pour la sécurité énergétique de la France

9 mars 2022 • Marc-Antoine Eyl-Mazzega

text-icon

La fin de l’opération Barkhane et l’avenir de la présence française au Sahel

9 mars 2022 • Elie Tenenbaum

text-icon

Les migrations, un facteur croissant de tensions internationales

9 mars 2022 • Matthieu Tardis

text-icon

Le Pacte vert européen : cap vers la neutralité carbone

7 mars 2022 • Carole Mathieu

text-icon

La politique de défense européenne : quelle autonomie pour l’UE ?

7 mars 2022 • Laurent Bansept

text-icon

L’OTAN à l’heure de la compétition stratégique : quelle voie pour la position française ?

6 mars 2022 • Luc Pagès

text-icon

Repenser l’aide au développement ?

14 févr. 2022 • François Gaulme

text-icon

Technologies numériques : l’agenda européen

14 févr. 2022 • Alice Pannier

video-icon

Quel avenir pour le multilatéralisme ?

24 mars 2022 • Thierry de Montbrial

text-icon

Pour un dialogue exigeant : réexaminer la relation bilatérale avec la Chine

6 mars 2022 • Marc Julienne

text-icon

Indo-Pacifique : refonder l’engagement français après AUKUS

14 févr. 2022 • Céline Pajon

text-icon

Les enjeux de la relation franco-américaine en 2022

14 févr. 2022 • Laurence Nardon

text-icon

L’agenda technologique américain : entre impératifs de régulation et compétition avec la Chine

14 févr. 2022 • Mathilde Velliet

text-icon

L'état de la menace terroriste

14 févr. 2022 • Marc Hecker

video-icon

Le Covid-19 et la gouvernance mondiale de la santé

14 févr. 2022 • Michel Kazatchkine

text-icon

Les relations France-Maghreb : des difficultés nouvelles

14 févr. 2022 • Dorothée Schmid • Amr Abdelrahim

text-icon

France-Turquie : une amitié secouée

13 févr. 2022 • Dorothée Schmid

text-icon

TSMC : leader mondial de la fabrication de semi-conducteurs

9 mars 2022

Présidentielle 2022 > Défis géopolitiques > Pour un dialogue exig...

Diplomatie
Asie et Indo-Pacifique
République populaire de Chine

Pour un dialogue exigeant : réexaminer la relation bilatérale avec la Chine

marc-julienne.jpg

Marc Julienne

Responsable des activités Chine au Centre Asie de l'Ifri

La montée en puissance économique, politique et militaire de la République populaire de Chine (RPC) placera naturellement cette dernière parmi les priorités de l’agenda de politique étrangère du prochain président de la République. Si l’émergence chinoise n’est pas nouvelle, les profondes transformations au sein du parti-État ces cinq dernières années appellent à une révision de l’approche française vis-à-vis de Pékin vers plus de franchise, d’exigence et de fermeté.

Durant les deux quinquennats précédents, la politique chinoise de la France s’est surtout focalisée sur les échanges économiques : exportations, investissement et production en Chine, et attraction des investissements chinois en France. Les questions politiques étaient reléguées au second plan de la relation, voire déléguées à l’Union européenne (UE) pour les enjeux les plus sensibles. Une exception : la lutte contre le changement climatique pour laquelle la Chine a soutenu l’Accord de Paris lors de la COP21 en 2015.

Cette approche, très économique, doit aujourd’hui prendre acte du durcissement idéologique et autoritaire du Parti communiste chinois tant sur la scène intérieure qu’internationale. L’affirmation vigoureuse de Pékin dans son environnement régional et jusqu’en Europe interroge et inquiète quant à ses intentions stratégiques. Montée des tensions dans le détroit de Taïwan, en mers de Chine orientale et méridionale, ainsi qu’à la frontière sino-indienne ; multiplication des sanctions économiques non avouées ; accroissement des opérations d’influence à l’étranger et des opérations étatiques dissimulées (hybrides) dans les domaines maritimes et cyber notamment.

Dans ce nouveau contexte, il s’agira de continuer à promouvoir le dialogue et la coopération, mais selon des termes plus équitables et exigeants, sans oblitérer nos valeurs.

Le rôle de l’Union européenne

Pour ce faire, l’UE demeurera le canal de discussion le plus crédible et efficace avec Pékin. Toutefois, le rôle majeur de l’UE ne doit pas dispenser Paris d’adopter une position propre plus lisible et claire pour ses partenaires.

La France devrait ainsi jouer un rôle moteur au sein de l’UE, non pas pour susciter l’adhésion des autres États membres à une ligne décidée à Paris, mais pour organiser la concertation intra-européenne et faire accoucher d’une position commune claire et applicable.

Le positionnement européen vis-à-vis de la Chine ne peut se faire sans prendre en considération la stratégie des États-Unis et la rivalité sino-américaine croissante. À ce titre, l’UE devrait persévérer et renforcer son approche basée sur la coopération et le dialogue avec la Chine, ainsi qu’avec toutes les nations de l’Indo-Pacifique. Cette approche est une alternative bienvenue et non contradictoire avec une approche américaine plus frontale.

L’UE et la France n’ont ni intérêt ni les moyens de brandir une opposition militaire face à Pékin. Il serait cependant tout aussi erroné de sous-estimer et de sous-exploiter le poids politique et économique de l’UE face à la Chine.

Les droits de l’homme

L’administration française devrait sans doute se montrer bien plus active sur la question des droits de l’homme dans sa relation avec la Chine. Premièrement, l’approche de Paris de traiter de ces questions avec Pékin « en coulisse » n’est plus satisfaisante, a fortiori au vu de la dégradation alarmante de la situation des droits de l’homme en RPC, concernant les Ouïghours, les démocrates hongkongais, les religions, et plus globalement toutes les formes de contestation. Deuxièmement, alors que l’UE et nombre d’États membres (Lituanie, République Tchèque, Slovaquie, Belgique…) prônent de plus en plus l’affirmation des valeurs en politique étrangère et que le nouveau gouvernement allemand apparaît déterminé à réaffirmer ces questions, la France sera probablement poussée à se montrer moins timorée.

L’expérience prouve qu’un discours clair et ferme sur les droits de l’homme, à défaut d’être contraignant, exerce néanmoins une pression politique sur Pékin et l’oblige à répondre. Il est nécessaire d’exprimer à Pékin que ces questions ne sont pas accessoires pour les Européens.

Coopération universitaire et scientifique

Enfin, dans le cadre du réexamen de la relation bilatérale, la coopération universitaire, scientifique et culturelle devra faire l’objet d’un travail minutieux, au niveau national et en concertation avec les partenaires européens. Trois risques principaux doivent être pris en compte : les pressions sur la liberté d’expression et l’indépendance de l’éducation et de la recherche en France, les menaces contre le patrimoine scientifique et technique national, et le manque de réciprocité dans la coopération.