Découvrez les contenus associés à des zones géographiques en naviguant sur la carte :

Scrollez pour zoomer sur la carte

Cliquez et glisser la souris pour explorer

Présidentielle 2022

text-icon

La guerre de Poutine contre l’Ukraine : que peut la France ?

9 mars 2022 • Tatiana Kastouéva-Jean

text-icon

L’espace post-soviétique existe-t-il encore ?

9 mars 2022 • Florian Vidal • Michaël Levystone

text-icon

Les risques extérieurs pour la sécurité énergétique de la France

9 mars 2022 • Marc-Antoine Eyl-Mazzega

text-icon

La fin de l’opération Barkhane et l’avenir de la présence française au Sahel

9 mars 2022 • Elie Tenenbaum

text-icon

Les migrations, un facteur croissant de tensions internationales

9 mars 2022 • Matthieu Tardis

text-icon

Le Pacte vert européen : cap vers la neutralité carbone

7 mars 2022 • Carole Mathieu

text-icon

La politique de défense européenne : quelle autonomie pour l’UE ?

7 mars 2022 • Laurent Bansept

text-icon

L’OTAN à l’heure de la compétition stratégique : quelle voie pour la position française ?

6 mars 2022 • Luc Pagès

text-icon

Repenser l’aide au développement ?

14 févr. 2022 • François Gaulme

text-icon

Technologies numériques : l’agenda européen

14 févr. 2022 • Alice Pannier

video-icon

Quel avenir pour le multilatéralisme ?

24 mars 2022 • Thierry de Montbrial

text-icon

Pour un dialogue exigeant : réexaminer la relation bilatérale avec la Chine

6 mars 2022 • Marc Julienne

text-icon

Indo-Pacifique : refonder l’engagement français après AUKUS

14 févr. 2022 • Céline Pajon

text-icon

Les enjeux de la relation franco-américaine en 2022

14 févr. 2022 • Laurence Nardon

text-icon

L’agenda technologique américain : entre impératifs de régulation et compétition avec la Chine

14 févr. 2022 • Mathilde Velliet

text-icon

L'état de la menace terroriste

14 févr. 2022 • Marc Hecker

video-icon

Le Covid-19 et la gouvernance mondiale de la santé

14 févr. 2022 • Michel Kazatchkine

text-icon

Les relations France-Maghreb : des difficultés nouvelles

14 févr. 2022 • Dorothée Schmid • Amr Abdelrahim

text-icon

France-Turquie : une amitié secouée

13 févr. 2022 • Dorothée Schmid

text-icon

TSMC : leader mondial de la fabrication de semi-conducteurs

9 mars 2022

Présidentielle 2022 > Défis géopolitiques > L'état de la menace t...

Sécurité / Défense
Europe
France

L'état de la menace terroriste

Marc-Hecker.jpg

Marc Hecker

Directeur de la recherche et de la valorisation de l'Ifri, rédacteur en chef de la revue Politique étrangère et chercheur au Centre des études de sécurité de l'Ifri

La campagne présidentielle est une période à risque : celle de 2012 a été marquée par les tueries de Mohammed Merah, tandis que quelques jours avant le scrutin de 2017, le gardien de la paix Xavier Jugelé était abattu sur les Champs-Élysées. La menace terroriste demeure aujourd’hui élevée en France, même si elle n’a plus la même intensité qu’en 2015-2016. Tout indique qu’elle perdurera au cours du prochain quinquennat, mais sa forme et sa force demeurent sujets à caution.

Une menace terroriste encore vivace

Pendant le mandat d’Emmanuel Macron, le nombre de morts liés au terrorisme en France a chuté : 24 décès (de mai 2017 à janvier 2022) contre 239 sous la présidence de François Hollande. Cette baisse peut être partiellement expliquée par l’effondrement du sanctuaire syro-irakien de Daech. L’efficacité des services de renseignement est un autre facteur important. En effet, les velléités d’attaques sont toujours fortes, comme en témoignent les tentatives d’attentats déjouées. Ainsi, selon les statistiques du ministère de l’Intérieur, ce sont plus de trente projets djihadistes et une demi-douzaine d’attaques de l’ultra-droite qui ont été empêchés entre 2017 et la fin 2021.

Aucun système antiterroriste n’est toutefois infaillible. Des djihadistes réussissent sporadiquement à passer sous les écrans radar, d’autant qu’ils agissent souvent seuls, avec des moyens rudimentaires, inspirés par la propagande sur internet et sans lien opérationnel avec des commanditaires. En outre, leurs profils évoluent, ce qui complique leur détection. Jusqu’en 2019, la plupart d’entre eux étaient français, mais on constate depuis lors une augmentation significative du nombre d’étrangers (un Soudanais, un Pakistanais, un Russe d’origine tchétchène, des Tunisiens, etc.).

À quoi peut-on s’attendre ?

Le prochain président devra tenir compte du terrorisme dans sa dimension externe et interne. À l’extérieur des frontières françaises, une question récurrente depuis la chute du califat syro-irakien a trait à la relocalisation de la mouvance djihadiste et à la renaissance éventuelle d’un sanctuaire. Les régions déstabilisées où opèrent des combattants de l’État islamique ou d’Al-Qaïda sont nombreuses, du Moyen-Orient à l’Asie en passant par l’Afrique – ce continent devenant progressivement le nouvel épicentre du djihadisme.

Deux zones méritent sans doute une attention particulière. En Afghanistan, d’une part, le retour des talibans au pouvoir à l’été 2021 suscite des inquiétudes. Ce groupe annonce avoir des objectifs locaux, mais il n’a vraisemblablement pas rompu avec Al-Qaïda. En outre, il fait face à une offensive de la filiale locale de Daech (l’État islamique au Khorasan) et sa capacité à l’endiguer est loin d’être assurée. Au Sahel, d’autre part, les violences continuent à s’étendre, en dépit des éliminations successives de cadres d’organisations terroristes. L’éradication des djihadistes paraît désormais hors d’atteinte. Il s’agit davantage de parvenir à les contenir pour éviter qu’ils ne prennent le contrôle de larges pans de territoires et qu’ils ne progressent vers le Golfe de Guinée.

Au niveau intérieur, parmi les nombreux défis qui perdureront au cours des prochaines années, deux méritent d’être évoqués ici. Le premier a trait aux « revenants » de zone syro-irakienne. Il resterait environ 80 femmes et 200 enfants français dans les camps tenus par les Kurdes, sans compter les dizaines de ressortissants présents dans la poche d’Idlib. Les gouvernements successifs n’ont fait que repousser le problème en restreignant au maximum les rapatriements. Peut-être faudra-t-il, un jour, percer cet abcès. Le deuxième défi a trait aux sortants de prison. À l’automne 2021, on compte environ 450 djihadistes dans les prisons françaises contre plus de 500 en 2020. Des individus particulièrement inquiétants seront bientôt libérés et nécessiteront un suivi poussé, sachant que les services spécialisés sont déjà mobilisés par la surveillance de milliers de radicalisés.

En somme, ce n’est pas le moment de baisser la garde. Les efforts de prévention de la radicalisation doivent être poursuivis et élargis à d’autres idéologies que le salafo-djihadisme. L’ultra-droite mérite une attention particulière, car certains bréviaires de cette mouvance appellent ouvertement au passage à l’acte violent voire à la « guerre civile raciale ». Lutter contre le terrorisme revient à suivre une ligne de crête entre d’un côté la sous-estimation de la menace et, de l’autre, la surréaction. Le risque, en tombant dans l’un de ces écueils, est d’alimenter les dynamiques de fragmentation de la société et d’escalade de la violence.